Ce que la naturopathie n’est pas..

L’article que je vous invite à découvrir ici n’est pas de moi, mais de Stéphanie Mezerai, Naturopathe et collaboratrice du site http://www.nana-turopathe.com

J’aurais pu écrire un article sur le même thème mais celui-là est si bien ficelé que je n’aurais pas fait mieux!

“En tout premier lieu, n’oubliez pas qu’un Naturopathe ne pose pas de diagnostic et n’est pas un médecin. En revanche, c’est un spécialiste des pratiques de santé et de bien-être au naturel. Fondée sur le principe de l’énergie vitale de l’organisme, la Naturopathie rassemble les pratiques issues de la tradition occidentale et parfois aussi orientale ou extrême-orientale.

Un Naturopathe efficace maîtrise plusieurs moyens naturels qui lui permettent d’agir sur le plan physique mais aussi psycho-émotionnel, notamment les réglages alimentaires, la gestion du stress, la phytothérapie (l’utilisation de préparations à base de plantes), la gemmothérapie (l’utilisation de préparations à base de bourgeons de plantes), l’oligothérapie, l’aromathérapie, la pratique des compléments alimentaires…etc

S’il est spécialisé en iridologie ou en kinésiologie, il pourra déterminer avec plus de précision vos besoins pour renforcer et rééquilibrer votre terrain.

Enfin, votre Naturopathe pourra vous conseiller la consultation de différents praticiens de santé : ostéopathes, réflexologues, psychothérapeutes…

Gare aux manipulateurs

Un naturopathe ne doit JAMAIS:

pour lire la suite: cliquez ici

Regard sur un légume de saison : l’asperge

Regard sur un légume de saison: l'asperge

Le printemps signe le retour des légumes vert, tendres et croquants. Adieu, choux, poireaux..ou plutôt, à l’année prochaine !

En avril, on peut déguster les premières asperges.

Bien sûr, tout le monde connaît la sempiternelle asperge-vinaigrette, ou le velouté d’asperges. Mais saviez-vous que l’asperge peut aussi se manger crue, râpée sur une salade composée, par exemple, ce qui vous permettra de bénéficier de touts ses bienfaits nutritionnels ?

Si l’asperge, alliée de celles et ceux qui surveillent leur ligne, est faible en calories, elle est en revanche riche en fibres, vitamines (A, B1, B2, aide folique, C) et contient également des oligo-éléments (manganèse, fer, phosphore, potassium, cuivre..)

Tout cela en fait un légume aux multiples propriétés :

  • Dépuratif, diurétique, draineur des 5 émonctoires (intestin, foie, reins, poumons, peau)
  • Reminéralisant
  • Fluidifiant sanguin
  • Laxatif
  • Anti-oxydant

Une idée neuve pour les déguster ? Crues, émincées en fines lamelles et assaisonnées d’un filet d’huile d’olive et de vinaigre balsamique. Elles accompagneront à merveille un carpaccio de bœuf, ou une tranche de jambon cru avec des tuiles de parmesan, ou encore un œuf poché.

Mes amis végé se régaleront aussi de cette recette, du blog  Papilles et Pupilles  que je vous encourage à visiter (cliquez sur le titre de la recette pour accéder à la page d’origine)

CONCASSEE D’ASPERGES VERTES CRUES AUX NOISETTES .

Pour 4 personnes , il vous faut :

  • 1 botte d’asperges vertes très fines
  • une poignée de noisettes concassées
  • 1 cuiller à soupe de vinaigre balsamique
  • 3 cuillers à soupe d’huile d’olive (ou de noisettes)
  • moutarde
  • sel et poivre
  • Copeaux de parmesan (facultatif)

Concasser la quasi totalité du reste de la tige en petits dés. (excepté les quelques derniers centimètres durs). Pas besoin d’éplucher ces petites asperges.

Préparer une sauce salade avec sel, poivre, moutarde, balsamique et huile d’olive. Assaisonner vos petits dés d’asperges et éparpiller sur le dessus une poignée de noisettes. Vous pouvez aussi, si vous aimez, saupoudrer de petits copeaux de parmesan. Délicieux !

Bon appétit ! 

Allaitement (1)

Photographie Alexandra BULLE - Reproduction interdite-
Photographie Alexandra BULLE – Reproduction interdite-

Aujourd’hui, j’avais envie de parler allaitement. Sûrement parce que je suis directement concernée en ce moment, mais aussi parce que malheureusement, il y a encore beaucoup de chemin à faire en France, à ce sujet.

 Quelques chiffres pour commencer:

Nous  sommes tout de même  sortis de l’ère triomphante du tout-biberon des années 70/80, pour revenir à plus de  raison : Aujourd’hui, 69% des bébés sont allaités à la maternité (60% de façon exclusive,) contre environ 30% dans les années 70.

A un mois, ils ne sont déjà plus que 54% (dont 35% en exclusif). A six mois, seuls 20% des bébés allaités à la naissance le sont encore, soit environ.. 12% des bébés.

A titre de comparaison, dans les pays Nordiques (Danemark, Suède, Norvège) entre 98 et 99% des enfants sont allaités à la naissance, et ces chiffres,  s’il décroissent en fonction de la durée, restent malgré tout très au-dessus de ceux de l’allaitement en France.

Pourquoi allaiter ?

Pour bébé :

On ne le dira jamais assez, le lait maternel est l’aliment par excellence qui convient au bébé. Toutes les formules artificielles qui tentent de s’en rapprocher, et nous le font savoir à grands coups de publicités où l’on voit de beaux bébés boire au biberon, ne sont que des substituts à base de lait de vache auquel on ajoute divers arômes, vitamines et minéraux, le tout de synthèse, bien entendu. Pire, une récente étude menée par le magazine 60 Millions de Consommateur a révélé la présence dans la plupart des laits artificiels de sels d’aluminium, directement incriminés dans nombre de maladies dégénératives (Alzheimer en tête) et que le corps est incapable d’éliminer.

La composition du lait maternel est parfaitement adaptée au système digestif immature du nourrisson, contrairement au lait artificiel qui fournit un apport en protéines et lipides inadaptés au système enzymatique humain.

En outre le lait de vache contient jusqu’à 4 fois plus de protéines que le lait maternel, ce qui prédispose à l’obésité.

Le système immunitaire du nourrisson n’est pas capable de produire ses propres défenses face aux agressions. Le lait maternel contient des anticorps qui protègent bébé. Il est donc particulièrement important pour sa santé et pour le développement de son propre système de défense !

Pour maman :

L’allaitement à la naissance provoque des contractions utérines, favorisant la rétractation de l’utérus.

L’allaitement favorise également la perte de poids après la naissance.

L’allaitement a un effet protecteur contre le cancer du sein et de l’ovaire (texte de la déclaration d’Innocenti).

Et cerise sur le gâteau, l’allaitement, en libérant de l’ocytocine et des endorphines provoque détente, sensation de bien-être, et pourrait participer à la prévention de la dépression post-partum (le fameux baby-blues).

Et si tout ça ne suffit pas… l’allaitement est aussi une façon très économique de nourrir bébé, très pratique : on a toujours le nécessaire avec soi!

 

 

Photographie Alexandra BULLE - Reproduction interdite
Photographie Alexandra BULLE – Reproduction interdite

Fleurs de Bach : les identifier

reprise d’un article du 22 avril 2014

Les Fleurs de Bach peuvent être regroupées de deux façons différentes : dans l’ordre de leur découverte ou par affinités, selon le type d’émotions auquel elles répondent.

 

 

 

 

Classification par type de Fleur (dans l’ordre de leur découverte)

Les 12 guérisseurs (Mimulus, Rock Rose, Cerato, Scleranthus, Gentian, Clematis, Impatiens, Water Violet, Agrimony, Centaury, Chicory, Vervain) : ce sont les premières Fleurs découvertes par le Dr Bach ; elles sont en rapport avec les douze signes du zodiaque (j’y reviendrai dans un prochain billet) , et nous parlent des traits innés de caractère.

Les 7 aides (Gorse, Wild Oat, Olive, Heather, Oak, Rock Water, Vine) découvertes ensuite, viennent en renfort des premières.

Les 19 spirituelles (Aspen, Cherry Plum, Red Chestnut, Hornbeam, Chestnut Bud, Honeysuckle, Mustard, White Chestnut, Wild Rose, Holly, Walnut, Crab Apple, Elm, Larch, Pine, Star of Bethleem, Sweet Chestnut, Willow, Beech), sont les dernières fleurs étudiées par Bach, qui se rendait compte que sa méthode n’était pas encore complète, certaines émotions résistant au rééquilibrage, parce que liées au corps mental, et à l’activité du cerveau « rationnel », par opposition au cerveau « instinctif », spontané, qui dirige les autres émotions.

 

Fleur de Cerato
Fleur de Cerato

Classification des Fleurs par groupe d’émotion :

Groupe 1 : Groupe des peurs

Aspen : angoisse, peur inexpliquée

Cherry Plum : sentiment ou peur de perdre le contrôle de soi

Mimulus : peur identifiée

Red Chestnut : peur pour ceux que l’on aime

Rock Rose : peur panique, phobie

Groupe 2 : Groupe des doutes et incertitudes

Cerato: si l’on doute de soi au point de ne pas arriver à prendre ses propres décisions

Gentian: lorsque le moindre obstacle paraît infranchissable

Gorse: lorsqu’on a perdu tout espoir

Scleranthus: si l’on ne parvient pas à choisir

Wild Oat: pour ceux qui cherchent leur voie sans la trouver

Hornbeam: manque de motivation

Groupe 3: Lorsque le moment présent perd son intérêt

Honeysuckle: si la nostalgie fait oublier le présent

Clematis: manque de présence dans l’instant par distraction

Chestnut Bud: pour la répétition des erreurs passées

Mustard: lorsque la mélancolie prend le dessus

Olive : si l’épuisement vous coupe de tout

Wild Rose: résignation, apathie, perte d’intérêt pour ce qui se passe autour

White Chestnut: parasitage mental, idées compulsives

Groupe 4 : Sentiment de solitude

Heather: si on fait fuir les autres par trop de bavardage et pas assez d’écoute

Water Violet: si on se maintient à l’écart, si un tempérament trop réservé pousse à l’isolement

Impatiens: trop d’impatience vous met à l’écart des autres et de leur rythme

Groupe 5: Hypersensibilité et relation à l’autre

Agrimony : difficulté à exprimer ses émotions, tendance à les dissimuler sous une façade joyeuse

Centaury : difficulté à s’affirmer face à l’autre, incapacité de dire non.

Holly : émotions négatives dirigées vers l’autre : colère,

Walnut : difficulté d’adaptation à ce qui vient de l’extérieur

haine, jalousie…

Groupe 6 : lorsque l’on est abattu, qu’on a envie de baisser les bras.

Pine: sentiment profond de culpabilité

Elm: sentiment d’impuissance, d’être débordé, de ne pas y arriver

Larch: manque de confiance en soi

Oak: pour qui ploie sous l’excès des responsabilités

Star of Bethleem: pour ceux qui sont sous le choc, tous les traumas, chagrins…

Sweet Chestnut: Si l’on est submergé par une grande angoisse, un profond désespoir ; si on a tout tenté pour s’en sortir seul, sans succès.

Willow: lorsqu’on est envahi par l’amertume, le ressentiment, l’impression de subir une injustice

Crab Apple: conflit avec l’image de soi, sentiment d’impureté

Groupe 7: pour ce qui pousse à trop s’occuper des autres

Vine: lorsqu’on fait preuve d’une autorité excessive

Rock Water: pour ceux qui, voulant s’ériger en modèle, s’imposent trop de rigidité

Chicory: pour qui donne pour recevoir en retour, craint d’être abandonné ou de ne pas être aimé

Vervain: rempli d’enthousiasme, on s’efforce d’entrainer les autres à notre suite.

Beech: en quête de perfection, on ne tolère pas les défauts d’autrui. Sens critique trop affûté.

Découvrir les Fleurs de Bach

​​Reprise d’un article d’avril 2014

Aujourd’hui, en balade, je me suis assise sous un marronnier blanc en fleurs pour écouter les oiseaux. J’ai laissé de coté mes préoccupations, et savouré un moment de paix intérieure. Si j’ai choisi précisément cet arbre pour ma pause, c’est parce qu’en Fleurs de Bach, le Marronnier Blanc est la Fleur qui apaise un mental trop agité.

Fleurs de Bach ? Mais qu’est-ce que c’est ?

Pour commencer, un peu d’histoire : à la fin des années 1920, le Dr Edward Bach (1886-1936), médecin et chercheur anglais, spécialisé en immunologie, parvient à la conclusion que la maladie est le résultat d’un conflit intérieur, d’un désordre émotionnel. Il met au point, entre 1929 et 1932, une méthode naturelle de rééquilibrage des émotions à partir de plantes sauvages dont il extrait le message vibratoire par un procédé de solarisation ou d’ébullition. Il met au point un système complet de 38 Fleurs et un remède composé, capables de répondre à toutes les situations émotionnelles.

Aujourd’hui, presque un siècle plus tard, de nouveaux élixirs ont vu le jour, élaborés selon les mêmes techniques, et basés sur le même principe : un élixir = un état émotionnel.

Si les Fleurs de Bach sont une aide précieuse pour tous les états aigus (angoisses, phobies, ..) et dans les moments marquants de la vie (examens, perte d’un être cher…), elles sont aussi l’outil idéal pour équilibrer des états chroniques (timidité, manque de confiance en soi, difficulté à exprimer ses émotions…) et peuvent aussi déboucher sur un vrai processus de travail et de découverte de soi-même.

Les Fleurs de Bach ne présentent aucune contre-indication, aucun effet secondaire, aucun risque de dépendance. Elles peuvent être utilisées par tous, y compris les femmes enceintes, bébés, ainsi que les plantes et les animaux.